Le monde de Kaarllyhnns

Le journal du Maître Introduction

 

             Le désir d'une esclave totale, je l'ai eu comme beaucoup de Maîtres. Avant de pouvoir le vivre comme aujourd'hui, j'ai du acquérir une certaine maturité. Comme je l'ai dit, étant de nature Bdsm la majorité des femmes ayant partagées  ma vie ont été soumises. Mais entre la soumission et l'esclavage totale, il y a un pas à franchir. J'ai eu une fois l'occasion de le vivre mais ma jeunesse d'alors n'a pas su maîtriser le franchissement de l'autre et le dépassement de toutes mes espérances. Je lui avais pourtant fait découvrir le bdsm, sa nature soumise, guidé jusqu'à se qu'elle se libère totalement pour se livrer à moi entièrement. Mais devant son besoin d'extrême, je me suis senti coupable d'avoir ouvert cette boite à pandore. Pire son désir d'ultra masochisme m'excitait et j'adorais mais je ne dirigeais plus, je ne guidais plus, je ne maitrisais plus. Je ne pouvais être le gardien de son bien être, le garde fou de son désir. C'est elle qui m'emmener vers des contrées  inexplorées. J'ai du avant l'irréparable mettre un terme à notre relation. Je n'avais que 22 ans et à cette époque, il n'y avait peu de possibilités de s'informer sur le bdsm. Ce monde était discret et mystérieux. Nous étions loin d'aujourd'hui avec les autoroutes de l'information où n'importe quel gamin en cliquant sur le net peut tout découvrir sur notre monde. Est-ce un bien ou un mal ? Je ne sais pas ! La seule chose que je sais, est que le bdsm est l'ultime, l'extrême et qu'il faut une grande maturité pour le vivre ou le faire vivre. Mais, la maturité ne s'acquière pas forcément en fonction de l'âge.

Pendant des années, je me suis empêché, suite à cette expérience, de vivre une telle relation, ne me sentant toujours pas prêt. Mais le besoin de revivre une telle force d'émotion, une telle fusion me hantait en permanence.

Fallait-il trouver la bonne personne. L'âme pure, l'exception. Bien des femmes se sentent soumises, mais la plus part ne sont pas prêtes à se donner entièrement. Je le respecte d'autant plus que bien des hommes confondent domination comme palliatif frustratoire à un besoin de pouvoir ou de revanche et prennent leur soumise comme faire valoir.

J'ai eu la chance dans ma vie d'exercer des postes et métiers de pouvoir. Je ne suis donc pas frustré de ce coté là. J'ai eu aussi à connaitre l'immonde et l'extrême, le dépassement de soi part des expériences que je ne peux relater.

J'ai eu l'honneur et la chance de croiser le chemin de femmes merveilleuses. J'ai aussi été déçu, trahi, abusé. Mais je n'en tiens rigueur.

Ma quête d'ultime et d'absolu ne m'ayant jamais quittée, je me sentais prét à revivre à nouveau une relation Maître esclave. Il me fallait trouver l'être pure et d'exception qui serait sure de ses choix et désirs. Car ce que je voulais et veux vivre n'autorise aucune concessions aucun compromis. Je sais en moi que je ne peux vivre une relation autrement. Que mon désir d'ultime et d'absolu est total.

J'ai donc, sans trop y croire, déposé une annonce sur un site bdsm et lu de nombreuses annonces de soumises. La plus part, je ne vous le cache pas sont totalement dénuées de tout intérêt et même certaines m'interrogent sur le fait de leur rédaction. En fin cette petite parenthèse  tournée, j'ai eu la chance de trouver au bout du deuxième jour, celle qui aujourd'hui porte mon collier. A la lecture de son annonce, je m'étais retrouvé dans sa quête, dans ses mots. Bien que très septique par la réalité des relations via le net, je lui ai écrit et à ma grande surprise sa réponse fut directe et sans détour. Plus encore éblouissant et contrairement à beaucoup, elle me demanda de poursuivre notre conversation au téléphone. Je lui dis sans mystère ma recherche, ma vision, mon intransigeance dans la relation que je souhaitais vivre. Lui expliqua que je ne recherchais pas une soumise mais une esclave totale. Lui posa nombreuses questions de différentes façons sur sa propre recherche afin de savoir si elle ne se contredisait pas et de la tester. Si elle savait où elle voulait aller et si bien sur nous voulions vivre la même fusion.

A chaque question, elle me répondait par les affirmations que j'attendais ; Jamais elle ne se contredit. Sa pensée était réfléchie et depuis longtemps analysée. On s'entait qu'elle savait exactement où elle voulait aller et désirait vivre.

Mais pour une telle relation il ne suffit pas d'avoir les mêmes exigences, les mêmes appétences, les mêmes aspirations, il faut de la magie, du romantisme, de l'attirance. Et là je n'étais pas certain du tout qu'une relation débutant via le net puisse apporter de tels sentiments. L'aspect « je coche la femme idéal et j'attends la réponse qui y correspond ôte à mes yeux tout romantisme, toute magie, toute spontanéité. Mais intrigué par la personne je décidai de lui donner rendez vous pour discuter plus avant de nos attentes respectives. Je dois dire qu'à ce moment là, j'avais la certitude qu'à cause du net rien de magique et romantique ne s'en dégagerait et que cette histoire aller avorter avant même d'avoir commencée. Et pourtant……



16/05/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 66 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion