Le monde de Kaarllyhnns

Le Monde de Kaärllÿhnns :..........................................Introduction

 

      

 

Introduction

Vous voici donc pénétrant dans mon monde. Ici commence le pays de l'absolu. L'ultime dans l'abandon totale et la frénésie d'appartenir et de s'offrir. Ici il n'y a que beauté et poésie qui y règnent. La femme se donne pour se révéler à elle-même. Je ne suis que le guide de son bien être et de son épanouissement. Rien n'est pris en force. Rien n'est humiliant tout n'est que magie et beauté.

Ne voyez point chez moins un homme en mal de reconnaissance, à l'ego surdimensionné, cherchant dans la domination à calmer ses frustrations du quotidien. Rien de tout cela !

Je suis de nature « bdsm » ! Avant même de connaître le mot, dés l'âge de 10ans j'attachais et soumettais. Mais rapports avec vous Mesdames ont toujours été ainsi je n'y peux rien. Je suis viscéralement dominateur. Au quotidien et bien sur dans mon monde.

Je n'y vois qu'éclat et humilité. Qu'il y a-t-il sur cette terre plus remarquable et jubilatoire qu'un corps de femme ? Perfection de la nature réunissant en ses courbes le sublime de l'esthétisme. Il n'y a rien de plus parfait, de plus abouti .

Grace et volupté, sensualité. Qu'est ce qui peut mieux souligner et mettre en exergue cette perfection, que des habits de cuir, de vinyle et latex galbant les formes, les exposant aux regards. Qu'il y a-t-il de plus exaltant qu'un corps de femme enchainé contraint dans des poses sensuelles offrant à mon regard toute l'amplitude de ses charmes. Pour ma part je ne vois rien de comparable. C'est ce que je vais vous développer peu à peu tout au long de mon blog. Essayer de vous faire percevoir mon monde. Le monde de Kaärllÿhnns ! Un monde où règnent encore les valeurs chevaleresque d'un autre temps que certains raillent parce qu'ils ont l'esprit si étriqué, que pour eux toute poésie est stupide car devenu trop  incompréhensible dans un monde devenu si individualiste et égoïste. C'est justement là que mon monde est différent des autres car il est empli de cet esprit romantique et poétique aux allures épiques. De cette quête d'absolu, d'ultime et de donation. D'échanges perpétuels. Ici personne ne prend mais chacun donne.

 


24/04/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres