Le monde de Kaarllyhnns

Le rêve d’un flagellant

Le rêve d’un flagellant

 

« Machinalement, comme poussé par un démon mauvais, il poursuivit :

 

Je vais vous battre… jusqu’au sang…
Simone trembla, mais elle acquiesça :

 

-     Si vous voulez…

 

Et rougissante :

 

-             Je vous aime tant !


Encore il se tut, n’ayant pas envie de meurtrir malgré ses menaces. Dans le dédale de ses pensées tristes, il cherchait sa voie et ne parvenait à la découvrir. Malgré la douceur des minutes qui passaient, il avait peur de l’avenir et ne voulait se livrer. Cela l’incita à tenir sa promesse, malgré qu’il ne le souhaitât pas.
Il avança les mains et lentement dégrafa la blouse, qu’il jeta ensuite loin de lui.
Simone n’avait pas bougé, s’abandonnant toute entière, sans énergie à la volonté du maître tyrannique. Auprès de lui, elle n’avait plus de honte, seulement un amour ardent.
Il se baissa pour faire sauter les pressions de la jupe, qui tomba sur le sol.
Ensuite ce fut le cache-corset qu’il enleva et de ses doigts énervés il fît jaillir les seins hors de leur gaine de linon. 
»

 

 (Maurice de Vindas, Le rêve d’un flagellant).



07/05/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres